Les hôpitaux ne sont pas adaptés pour les nouveaux pères!

1

Ce n’est pas un texte pour parler contre l’expérience que j’ai eu, qui était extremement le fun durant l’accouchement de Fauve et moi. Par contre, j’ai trouvé que tout était axé sur la mère et que le père devait improviser. De plus, ce n’est pas un texte pour parler qu’il manque de fonds / ajustement / déplacement des fonds des hôpitaux. Bref.

Ok, la mère est reine durant l’accouchement et c’est très normal, car en effet, le père ne peut faire grand chose et est presque optionnel. Par contre, j’aurais aimé être davantage pris en charge par l’hôpital.

Par exemple : Où est-ce que le père dort? Sur un divan-lit. Avec quoi il dort? Avec une couverte s’il pense à en demander une. Pourquoi ne pas offrir un 2e lit plus petit, mais un vrai lit pour les pères. Comme ça, les rares fois qu’on dort, ça sera encore mieux.

Qu’est-ce que le père mange? La nourriture de la cafeteria qu’il doit acheter lui-même. Le pire dans ce cas n’est pas le fait de payer, mais pourquoi ne pas offrir un ajout de repas par jour. Comme ça, pas besoin de se déplacer jusqu’à la cafeteria et on peut savourer un bon repas aux chandelles dans la chambre d’hôpital.

J’aurais aimé un menu des choses que je peux ajouter à mon séjour afin de passer un séjour encore meilleur!

J’aurais aimé un cours pour le père ou des ressources pour prendre en main le père pour me rendre encore plus utile. Ok, j’avoue que nous n’avons pas fait les cours prénataux puisque nous sommes arrivés entre deux “saisons” de cours.

On jase là, mais je pense qu’il pourrait y avoir des améliorations pour que le père se sente encore plus impliqué lors du processus de naissance.

Auriez-vous d’autres idées pour inclure davantage les pères lors de la naissance?

About Author

Fondateur de LesPères.ca et de beaucoup trop de sites Internet. Stratège marketing numérique.

1 Comment

  1. Stéphane Hébert on

    Bonjour,
    Vous avez bien raison de questionner/suggérer/d’informer sur la place des hommes/pères dans le processus de la naissance de son enfant. Comme vous dites l’accent est mis sur la mère, bien d’accord. Les lieux pourraient effectivement être aménager en y incluant le père, un lit, des repas et surtout dans des activités réservées aux pères avec l’enfant données par d’autres pères, je serais prêt a y participer.
    On sait tous que la femme est une mère dès la fécondation et apprend à apprivoiser l’enfant au fur et à mesure de la grossesse contrairement à l’homme qui devient père dès la naissance de l’enfant, ça arrive d’un coup. L’homme a besoin d’une période d’adaptation. Oui il y a les cours prénataux mais ce n’est rien quand tu as le bébé dans les bras et que tu dois t’en occuper tout en l’apprivoisant.
    Le 9 mois de retard que l’on a sur la mère peut être parfois difficile à rattraper pour certains hommes, qui au fil des jours, mois, années n’ont pas réussi. Soit par paresse ou la prise de contrôle total du bébé par la mère (souvent le cas) et ne laissant aucune chance au père, pour qu’ensuite lui reproche de ne pas en faire assez. Ou lors d’une séparation, ce rattrapage est une trop grosse pente à monter pour certains et s’en suit un jugement facile de la famille ou du reste de la population.
    En terminant, sur un note plus douce, à la vue du bébé pour la première fois, les gars, on a un choc de bonheur incommensurable, moment très magique d’y voir la face. Ces images ne disparaissent jamais de notre mémoire.

    Merci à vous.

Leave A Reply